Program



Zakaria Abdulle

Zakaria Abdulle

Zakaria est un militant communautaire qui veut bâtir des communautés vibrantes informées par des politiques publiques inclusives. Zakaria apprécié du travail qui donne de la capacité aux jeunes et à des groupes marginalisés pour qu’ils puissent influencer et former les décisions de politiques publiques qui ont un impact social. Zak a un baccalauréat en sciences politiques et sociologie ainsi qu’un certificat en travail social. À l’automne, il terminera sa maîtrise en administration publique à l’Université Western où il met l’accent sur la gouvernance locale des villes grandissantes du Canada.

Zakaria est coordonnateur de programme à la Toronto Community Housing Corporation, où il travaille à améliorer la prestation de services aux jeunes et aux résidents des communautés où il a grandi. Dans ses précédentes fonctions, il était stagiaire en relations avec les parties prenantes au bureau du maire John Tory. Actuellement, En tant qu’ancien président du Conseil de la première ministre pour de meilleures perspectives pour la jeunesse, Zakaria Abdulle conseillait plus de 18 ministères au sujet d’enjeux politiques touchant les perspectives offertes aux jeunes à travers la province de l’Ontario. À Western, Zakaria a avisé la municipalité de Sarnia sur le développement de leur politique en réponse à la légalisation du cannabis et il est en train d’effectuer une recherche d’envergure sur les efforts de la ville de London pour aviser les résidents de l’utilisation de bulletins de vote classés par préférence durant l’élection de 2018. Zakara espère bâtir sur son expérience local et provincial en développement de politiques en obtenant les compétences de leadership requis pour se lancer sur des projets de politiques publiques d’importance à Toronto.

Dr Tahara Bhate

Tahara Bhate

Tahara Bhate est une médecin en début de carrière exerçant à la fois en médecine hospitalière et aux soins intensifs. À titre de membre du corps professoral de l’Université de Calgary, elle s’investit grandement dans la formation médicale au premier cycle, y compris dans la conception de programmes d’études en médecine fondée sur les données probantes et de simulation. Elle suivra également un programme de bourses de recherche en enseignement médical l’an prochain. Engagée dans la recherche, Tahara a publié de nombreux articles. Elle s’intéresse aussi bien à la recherche clinique fondamentale qu’à l’amélioration de la qualité et a un intérêt croissant pour les modèles complexes de prestation de soins, lequel découle de sa passion pour l’amélioration les systèmes de santé.

Partisane de longue date de la défense des droits en médecine, Dre Bhate a dirigé la mise sur pied d’un programme provincial de défense des droits pour les étudiants en médecine de l’Université de la Colombie-Britannique. Celui-ci entame actuellement sa 5e année consécutive. Tahara appuie le mouvement en faveur d’un mandat de responsabilité sociale dans la formation médicale. Sa notion d’un programme de défense des droits axé sur les compétences a été publiée dans une prestigieuse revue médicale, et ensuite incluse dans un cadre national. Tenant à cœur d’éliminer les obstacles à la formation médicale, elle s’est impliquée dans de nombreuses initiatives de sensibilisation, y compris dans l’organisation de présentations faites par des étudiants en médecine auprès d’élèves du secondaire dans des communautés rurales à travers la province. Tahara détient un baccalauréat en sciences avec concentration en biochimie et un doctorat en médecine, ainsi qu’une maîtrise en sciences de la santé (M.Sc.S.) axée sur l’épidémiologie clinique, tous trois de l’Université de la Colombie-Britannique.

Masha Cemma

Originaire de Lettonie, Masha est une scientifique du domaine biomédical et une professionnelle de la politique scientifique. Engagée au sein du gouvernement fédéral par l’entremise du Programme de recrutement de leaders en politiques, elle est présentement conseillère en politique auprès du Premier conseiller scientifique du Canada. Avant d’occuper ce poste, Masha a terminé un programme de Bourse pour l’élaboration de politiques scientifiques canadiennes de Mitacs à l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA). À l’ACIA, elle a contribué à mettre sur pied et à soutenir un réseau de laboratoires à niveau de confinement élevé, lequel s’étend sur cinq pays et favorise la coopération internationale, le transfert des connaissances et les échanges avec l’objectif d’être mieux préparés aux agents pathogènes entraînant des conséquences graves. Mme Cemma a reçu de la part de l’ACIA un Prix du président pour l’innovation et les pratiques exemplaires et a été choisie comme Leader émergente en biosécurité par le John Hopkins Centre for Health Security.

Masha a obtenu son doctorat en 2016 du département de génétique moléculaire de l’Université de Toronto. Pendant ses études, elle a analysé le rôle du mécanisme d’autophagie comme tactique de défense de l’hôte. Ses recherches ont bénéficié de bourses provenant du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, des Instituts de recherche en santé du Canada et des Bourses d’études supérieures de l’Ontario. Les Gordon Cressy Student Leadership Awards ont souligné ses activités parascolaires. Masha a fait ses premiers pas en politiques publiques en 2014 lors d’un stage à l’Organisation mondiale de la santé.

Geneviève Chabot

Geneviève Chabot est vice-présidente de la Commission canadienne des droits de la personne. Originaire de la ville de Québec, elle est titulaire d’un baccalauréat en psychologie (B.A.) de l’Université Laval, d’un diplôme combiné LL.L./J.D. de la Faculté de droit de l’Université d’Ottawa, et d’une maitrise en droit (LL.M.) de la Harvard Law School. En 2009-2010, elle a été auxiliaire juridique pour l’Honorable Louis LeBel à la Cour suprême du Canada. Avant de se joindre à la Commission canadienne des droits de la personne, Geneviève a pratiqué le litige civil chez Osler, Hoskin & Harcourt à Montréal et au Ministère de la Justice du Canada, bureau régional du Yukon. Ses domaines d’expertise inclus le droit autochtone, le droit constitutionnel, le droit administratif et les droits de la personne. Très impliquée dans sa communauté, Geneviève a occupé plusieurs postes de direction, y compris vice-présidente de la Commission des droits de la personne du Yukon, présidente de l’Association du Barreau canadien (division du Yukon), et membre des conseils d’administration de la Yukon Legal Services Society et de la Yukon Public Legal Education Association. En 2016, elle a été nommée au Comité consultatif de la magistrature pour le Yukon.

Sophie Gagnon

Me Sophie Gagnon est avocate et directrice générale de la Clinique juridique Juripop, un organisme ayant pour mission d’améliorer l’accès à la justice pour les populations vulnérables à travers le Québec. Elle a débuté sa carrière comme avocate au sein de Norton Rose Fulbright, où elle s’est notamment intéressée au litige civil et commercial ainsi qu’à l’éthique des affaires.

Titulaire d’un baccalauréat en droit et d’un Juris Doctor de l’Université de Montréal, Sophie a aussi étudié les droits humains à la London School of Economics et le droit international à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth. Elle demeure engagée auprès de son alma mater en siégeant sur le Conseil consultatif du doyen de la Faculté de droit, où elle conseille la direction facultaire sur le développement et l’orientation stratégique de la Faculté de droit.

Sophie est activement impliquée dans sa communauté et s’intéresse particulièrement aux questions relevant de la justice sociale et de la sphère public. Son intérêt pour la représentation des femmes dans la profession juridique l’a menée à agir comme vice-présidente du Forum des femmes juristes de l’Association du barreau canadien – Québec, chargé d’organiser des interventions pour sensibiliser et outiller la profession juridique par rapport à l’égalité des genres.  Sophie est également administratrice d’Enfants transgenres Canada, une organisation appuyant les enfants créatifs dans le genre et leur famille, qu’elle représente également dans le cadre d’une poursuite constitutionnelle s’attaquant aux restrictions au droit de changer la mention de genre sur les documents d’état civil.

Sophie est régulièrement invitée à intervenir dans les médias pour commenter l’actualité juridique et des enjeux sociaux, et tient entre autres une chronique juridico-culturelle sur les ondes d’ICI Radio-Canada Première.

Shawn Grover

Shawn Grover travaille présentement pour Infrastructure Canada au sein du gouvernement canadien et fait partie de l’équipe ayant lancé la Banque de l’infrastructure du Canada. Auparavant, il a travaillé au ministère des Finances du Canada pour la Direction de la politique du secteur financier et comme avocat d’entreprise chez Dentons à New York. Shawn détient un diplôme de premier cycle en mathématiques de l’Université de Waterloo, un doctorat en jurisprudence de la Faculté de droit de Harvard et une maîtrise en économie de l’Université de la Colombie-Britannique. En dehors du travail, Shawn aime participer aux jeux-questionnaires dans les pubs, jouer au basketball et lire sur son balcon.

Sally Guy

Sally Guy est directrice des politiques et des stratégies à l’Association canadienne des travailleuses et travailleurs sociaux (ACTS), rôle qui touche aux relations gouvernementales, à l’analyse des politiques et aux communications. Elle est fière de travailler au sein d’une profession ayant pour mission de faire progresser la justice sociale. Sally détient un baccalauréat en service social de l’Université St. Thomas, ainsi qu’un baccalauréat en littérature et linguistique anglaise et une maîtrise en langue et littérature anglaise de l’Université Queen’s. Elle est née à Ottawa et y a grandi, mais, influencée par les racines de son père originaire des Maritimes, Sally a vécu sur la côte Est durant plusieurs années avant de revenir dans sa ville natale en 2015.

Umang Khandelwal

Umang Khandelwal

Umang Khandelwal est une diplômée récente en droit de l’Université de Cambridge, où elle a accompli deux mandats (2016-2018) au sein du conseil universitaire, la plus haute instance dirigeante de l’Université. Elle a passé un été à Hootsuite en tant qu’étudiante en droit où elle a aidé à l’expansion de l’entreprise à l’international, fournissant du soutien pour la rédaction de contrats et l’amélioration des procédures juridiques internes. Auparavant, elle avait obtenu un diplôme en relations internationales de l’Université de la Colombie-Britannique à Vancouver pour lequel elle avait passé un trimestre à Sciences Po à Paris pour étudier l’économie et la politique de l’Union européenne, obtenant un Certificat d’Études en Sciences Sociales et Humanités. En tant que Hansard Scholar, Umang a travaillé pour un peer à la Chambre des lords de Londres à titre d’adjointe législative, focalisant son attention sur la réforme pénitentiaire pour les femmes et sur la représentation accrue des femmes en politique. Ayant œuvré comme animatrice d’ateliers contre la discrimination à l’Université de la Colombie-Britannique, elle est déterminée à favoriser l’inclusion dans les communautés.

Umang a participé au Forum public de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, au Forum mondial de la démocratie du Conseil de l’Europe à Strasbourg et aux Réunions de printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Washington. En 2016, elle a fait partie d’une délégation de cinq personnes représentant le Canada en Chine, un des groupes officiels de parties prenantes du G20, et a présenté le document de la politique négociée au premier ministre Justin Trudeau. Elle tient à accroître l’accès à la justice pour les immigrants, les réfugiés, les populations autochtones et les autres groupes marginalisés et a fait du bénévolat pour la B.C. Civil Liberties Association et l’Access Pro Bono. Elle a été nommée parmi les vedettes de l’actualité 2016 par le Darpan Magazine, figure dans le Top 100 Women to Watch 2017 de Barclays et parmi les 75 finalistes au Prix RBC des 25 grands immigrants au Canada 2018.

Depuis qu’elle s’est installée au Canada avec sa mère en 2009, Umang garde en elle les valeurs et les bons souvenirs de son enfance en Inde, lesquels continuent à faire partie d’elle et à la guider.

Matthew Klassen

Matthew Klassen est un professionnel des politiques sachant résoudre des problèmes. Il a eu la chance de faire partie de la cohorte 2017-2018 du Programme de stages à l’Assemblée législative de l’Ontario (PSALO) à Queen’s Park où il a offert un soutien non partisan aux députés libéraux et progressistes-conservateurs. Il travaille présentement pour le compte du Consulat général de Grande-Bretagne et du ministère du Commerce international à Toronto.

Klassen a décroché un baccalauréat interdisciplinaire en intégration du savoir de l’Université de Waterloo. Pendant qu’il étudiait dans ce domaine, il s’est passionné pour la conception centrée sur la personne et l’approche conceptuelle. Il a été en mesure d’établir des liens avec ses autres champs d’intérêt, soit la science politique, la politique internationale et les changements climatiques. Il détient également une maîtrise ès sciences en relations internationales (Recherche) de la London School of Economics. M. Klassen s’est vu octroyer des projets de conception muséale, de politique internationale et de politique de l’environnement. Il a travaillé avec une entreprise sociale faisant la promotion de l’harmonisation de crédits entre les universités canadiennes, ainsi qu’avec Sustainable Waterloo Region, un organisme visant à bâtir des collectivités résilientes et viables dans la région de Waterloo. Il a aussi fait partie de conseils tels que la Churchill Society for the Advancement of Parliamentary Democracy et le Millennium Journal of International Studies.

Bien qu’il ait vécu à divers endroits dans le sud de l’Ontario, il considère toujours Mitchell et le comté de Perth comme son chez-soi. Lorsqu’il n’est pas en train de relever des défis en matière de politiques ou de travailler avec des personnes intéressantes, M. Klassen aime travailler à l’extérieur, voyager et faire du canot.

Petros Kusmu

Petros Kusmu

Petros Kusmu est un défenseur des politiques publiques accompli, un consultant en stratégie chevronné et un spécialiste en commerce international. Né à Edmonton, il a grandi dans le nord-est de l’Afrique, ce qui l’a inspiré à entreprendre un baccalauréat (double spécialisation) en économie et en science politique à l’Université de l’Alberta.

Après avoir terminé ses études, Petros a été président et vice-président des relations extérieures de l’association étudiante de l’Université de l’Alberta, un organisme avec un budget de 13,5 millions de dollars et représentant plus de 31 000 étudiants. Il a avec succès codirigé les efforts pour faire changer les lois électorales provinciales, soutenu les programmes de financement pour l’éducation postsecondaire et créé Ignite, le plus grand projet de consultation sur les études postsecondaires dirigé par les élèves au Canada. Les médias du campus ont reconnu son mandat à la présidence de l’association étudiante comme l’un des plus réussis.

Petros s’est ainsi vu décerner une bourse complète (Chevening) pour entreprendre une maîtrise en économie politique internationale à la London School of Economics. Là, il a consulté le parlement européen au sujet des politiques commerciales et a copublié ses constats dans un livre reconnu par l’Université de la Pennsylvanie comme étant la meilleure étude de la politique produite par un laboratoire d’idées en 2015.

Comme conseiller en chef pour Monitor Deloitte, Petros œuvre à l’intersection de l’innovation, des technologies exponentielles et de la stratégie pour des organismes des secteurs public et privé à travers l’Amérique du Nord. Tirant parti de son expérience à faire croître des entreprises en démarrage à l’échelle nationale, il aide les entreprises à mener à bien des innovations et des transformations organisationnelles.

Actuellement, Petros poursuit ses actions militantes, que ce soit en représentant le Canada au sommet de la jeunesse du G20 ou en offrant des services de consultation pro bono pour des organismes sans but lucratif locaux en tant que « façonneur du monde » du Forum économique mondial. Il s’emploie avec ardeur à rendre les études postsecondaires et les carrières dans les professions libérales plus accessibles aux jeunes défavorisés.

Petros a participé à l’émission « Canada’s Smartest Person » de la CBC et est présentement membre du forum de Banff.

Anna Laurence

Anna Laurence

Anna Laurence est actuellement cadre supérieure aux relations gouvernementales à Rogers Communications, où elle s’occupe principalement des questions touchant les relations entre Rogers et le gouvernement fédéral qui concernent la radiodiffusion, les droits d’auteur, l’accessibilité et la cybersécurité. Avant de se joindre à Rogers, Anna a travaillé en relations gouvernementales pour l’Association canadienne de l’immeuble, où elle s’est occupée de diverses questions liées au logement et a dirigé la coordination interne des « grassroots lobby days » annuels, l’un des plus importants du genre au Canada.

Anna se passionne depuis longtemps pour la politique et l’implication des citoyens et citoyennes. Elle a d’abord dirigé les efforts d’un mouvement populaire en tant que Chapter Advocacy Coordinator pour STAND Canada, un groupe de défense des droits de la personne dirigé par les étudiants. Elle s’est ensuite consacrée à sa passion pour la politique en travaillant sur la Colline du Parlement et en prenant part au Programme de stage parlementaire. Après avoir terminé ce programme, elle a occupé divers postes au conseil des anciens étudiants, notamment comme présidente. Elle est membre du conseil de Voice Found Canada, un organisme de bienfaisance national dirigé par des survivants qui vise à accroître la sensibilisation et à éduquer les personnes et les entreprises sur la façon de reconnaître, de prévenir et de réagir à l’exploitation sexuelle des enfants et au trafic sexuel. Elle travaille également bénévolement au YMCA de la région de la capitale nationale et a présidé le comité organisateur pour le Y Cycle for Strong Kids de 2018. Ancienne escrimeuse, cavalière et joueuse de soccer ayant participé à des compétitions, Anna aime rester active. Elle a maintenant accroché son fleuret, mais, en revanche, elle donne régulièrement des cours de conditionnement physique. Fière d’être originaire des Maritimes, Anna, bien qu’elle vive à Ottawa, considère toujours Halifax comme son chez-soi. Elle détient une maîtrise en science politique de l’Université McGill et un baccalauréat en science politique et en cinéma de l’Université Carleton.

Madeleine Lyons

Madeleine Lyons

Madeleine Lyons est actuellement directrice de la recherche, des politiques et de la responsabilisation pour les activités au Canada à la Croix-Rouge canadienne. Au sein de cet organisme, elle joue le rôle d’incubateur en développant et en mettant en œuvre de nouvelles capacités qui visent principalement le domaine de la qualité et de la gestion de l’information. Actuellement, Madeleine œuvre à tirer parti des données afin d’outiller les intervenants internes et externes pour la prise de décisions opérationnelles, la conception de stratégies organisationnelles et l’orientation en politiques publiques en matière de gestion des situations d’urgence.

Elle détient une maîtrise en sciences de la London School of Economics, un baccalauréat en arts (avec spécialisation) de l’Université de la Colombie-Britannique et un certificat en Civilisation française de la Sorbonne. Madeleine a travaillé pour divers organismes des secteurs bénévole, universitaire, privé et public, notamment pour PwC, le Liu Institute for Global Issues, War Child Canada et le Canadian Consortium for Human Security. Elle a également participé au programme de stage à l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique. Madeleine a représenté la Croix-Rouge canadienne lors des finales du Impact Challenge de Google.org et a reçu de nombreux prix, notamment le prix Summer Practicum du ministère des Affaires étrangères, le prix Alumnae Seminar d’Entraide universitaire mondiale du Canada et une bourse d’études de la Community Care Foundation.

Elle habite maintenant à Toronto avec son partenaire et son berger anglais.

Charlotte-Anne Malischewski

Charlotte-Anne Malischewski

Charlotte-Anne Malischewski est avocate chez McCarthy Tétrault LLP, où elle s’occupe d’un large éventail de procès civils, en particulier ceux touchant la responsabilité civile et professionnelle, les recours collectifs et les droits en matière d’appel. Elle pratique également de façon pro bono, principalement lorsqu’il est question de libertés civiles. Tout au long de ses études et de son travail, elle a occupé un rôle de leader pour de nombreuses initiatives de défense des causes féministes et des droits des réfugiés. Charlotte-Anne detient un baccalauréat spécalisé en études internationales et musique du Collège Earlham, une maîtrise avec distinction en études de réfugiés et de migration forcée de l’Université d’Oxford, ainsi qu’un baccalauréat en droit commun et droit civil de l’Université McGill. Originaire de Terre-Neuve, Charlote-Anne est également une violoniste qui se passionne pour la promotion la musique traditionnelle.

Anne-Marie Rouleau

Anne-Marie Rouleau

Native de la ville de Québec, Anne-Marie (Ana) Rouleau a récemment joint le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme avancé pour les analystes de politiques, un programme rotatif de perfectionnement et de formation en leadership.  Elle est présentement analyste au Secrétariat de la politique étrangère et de la défense du Conseil Privé; où elle travaille sur les questions liées à l’espace nord-américain.

Fervente des grands enjeux démocratiques, elle s’intéresse particulièrement à la place du citoyen dans la vie démocratique et l’élaboration des politiques publiques.  À cet égard, elle a d’ailleurs participé à la mise en œuvre des consultations menées par le Gouvernement du Canada en ce qui a trait un potentiel accord de libre-échange avec la Chine.  Elle a aussi pris part à des missions d’observations électorales de l’Organisation des États américains notamment au Pérou et en Haïti.

Ana Rouleau est titulaire d’un baccalauréat en études internationales et langues modernes; durant lequel elle a réalisé des séjours d’études au Mexique et en Chine; et d’une maîtrise en relations internationales de l’Institut québécois des Hautes Études Internationales. Elle a également été récipiendaire d’une bourse d’études du China Scholarship Council l’ayant amené à compléter une formation intensive d’un an en mandarin à l’Université des langues étrangères de Shanghai.

Elle accorde une importance particulière à ses expériences à l’international qui ont su façonner sa vision plus inclusive du monde.  Dans ses temps libres, elle est une apprentie ballerine qui aime apprendre de nouvelles langues; en comptant déjà cinq à son actif.

Karl Schownik

Karl Schwonik

Karl Schwonik est un Albertain avec une longue et brillante carrière dans les secteurs des arts, de l’éducation et des entreprises. En 2008, il a fondé la Wetaskiwin Jazz Society (WJS), un organisme sans but lucratif voué à favoriser l’éducation dans les régions rurales de l’Alberta. Alors qu’il occupait le poste de président et de directeur artistique, les programmes du WJS ont permis de joindre près de 20 000 étudiants des régions rurales. Il a collaboré avec des parties prenantes allant de petites entreprises locales aux banques internationales et aux entreprises d’énergie multinationales. Karl a été membre d’une multitude de conseils, incluant des nominations à la Alberta Foundation for the Arts et à Travel Alberta du gouvernement de l’Alberta. En plus d’enseigner et de travailler dans plusieurs établissements postsecondaires importants, il est actuellement doyen associé au collège de Medicine Hat. Il a fait des études en musique, en commerce et en leadership dans le domaine des arts à l’Université de Cambridge, l’Université de Toronto, l’Université McGill et l’Université de Calgary. De plus, il a reçu de nombreux prix et distinctions, notamment : le prix du lieutenant-gouverneur de l’Alberta , la Médaille du Jubilé de la Reine, des bourses du Conseil des Arts du Canada et du Conseil de recherches en sciences humaines. Karl a aussi été nommé dans le « Top 40 Under 40 » de Calgary par le magazine Avenue.

Julien Valmary

Julien Valmary

Natif de Toulouse, Julien Valmary possède plus de 15 ans d’expérience en gestion d’organismes culturels en France et au Canada. Diplômé de l’Institut d’études théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) et de l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, il a occupé les postes de directeur administratif du Théâtre du Cahors et du Centre de développement chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées. Il s’installe à Toronto en 2005 et après avoir suivi la formation du Income Managers Program de l’Université de Waterloo, il assume les fonctions de directeur administratif du Tarragon Theatre, puis de directeur du développement et des communications du Théâtre français de Toronto.

À Montréal depuis 2010, il est nommé directeur des communications puis directeur général adjoint du Centre Segal des arts de la scène. En 2013, il rejoint Les Grands Ballets Canadiens de Montréal au poste de chef du développement, dons et fondations. Il occupe le poste de directeur du soutien et des initiatives stratégiques au Conseil des arts de Montréal depuis 2014. Il y est responsable du programme général de subventions et des priorités stratégiques reliées en particulier à l’inclusion et à la philanthropie.

Il est reconnu pour sa compréhension des politiques publiques de soutien aux arts et ses expertises reliées à la philanthropie, la gestion des organismes artistiques, les politiques d’inclusion, la gestion de programmes de subventions et les relations gouvernementales.

Blog Archive

Archives du blogues

  • 2018
  • 2016
  • 2015
  • 2014
  • 2013